Ciné-Piano

Improvisation sur des films muets.

Le mode d’emploi : quelqu’un me décrit le film en direct et en temps réel pendant la projection du film.
Via un émetteur radio, je le reçois dans une oreillette(je garde l’autre oreille pour m’entendre jouer au piano).
Cela nécessite une préparation, la personne aura visionné le film en amont, puis me le raconte une première fois, sans musique, puis deux ou trois répétitions complètent la préparation.
L’ »audiodescripteur » doit parler depuis un lieu isolé (régie…) pour ne pas être entendu des autres spectateurs, même principe que l’audiodescription au théâtre.
Ma première expérience eut lieu au festival de courts métrages à Aubagne (Bouches-du-Rhône) en 1993
Des films du tout début du XX-me siècle,
notamment d’Alice guy.
Rebelotte au même endroit en 1995.
Puis c’est Genève en 2003, dans le cadre d’un ciné-club, et commence alors ma collaboration avec Thierry Grossenbacher, et on s’attaque à des longs métrages.
Le travail de préparation est simplifié puisqu’on est sur place à Genève.
Ainsi une dizaine de film seront abordés, des plus tragiques (Abel Gance, J’ACCUSE) aux cinémas du Grütli,
au plus amusant (The Kid, de Chaplin) ce dernier dans la rue en été, devant un public essentiellement composé d’enfants…
Le principe est simple : connaissant l’histoire, les ambiances, les images légèrement anticipées dans mon oreille, j’improvise en permanence, en étant totalement dans le film, total lâché-prise ou j’oublie la technique du clavier…
C’est pour moi l’un des moments les plus jubilatoires de ma vie de pianiste et d’improvisateur.

Jazz au Grenier

Album piano solo live, disponible sur toutes les plateformes internet, et désormais sous forme de cd, via la page contact de ce site, ou directement par jy@poupin.ch
25 CHF, frais de port compris.
Comme il n’y avait pas de notes de pochette, voici quelques modestes réflexions, pas indispensables, mais quand-même !
Les titres :

01 Comme si dorien, Funk impressioniste, pourquoi pas ?
02 Dark and bright, néo-folk-baroque, la faute à la canicule !
03 Azur, impro sans queue de la comète ni prise de tête !
04 Cévennes sky, une vieille connaissance, déjà enregistré plusieurs fois.
05 Fortuna, version instru d’une chanson coécrite avec Karin kaminker.
06 Warm Valley (Duke Ellington), une de mes balades préférées…
07 Ode à la vélosophie, précédemment intitulée « Taupenivo »…
08 53 degrés, une autre canicule avec un doigt d’absinthe.
09 Bossatanique, ou bossa thanique.
10 Lévitation, jusque là tout va bien !
11 Microclimats, à 7 temps, tout comme Cévennes’ Sky.
12 Saskia’s Dream, aussi une vieille réminiscence.
13 Eronel (Thelonious Monk), Hommage !
14 Quiproquo, rien à déclarer !
15 Incitation, à écouter éventuellement avant le n°1…

…….

Pleine Lune.

Pleine lune…

La lune est pleine de facéties, celle de nous tenir éveillés, de la regarder nous narguer, de nous narguer quand on attend la marée basse… ou la marée haute !
Elle a bon dos, la lune, avec sa face cachée !
« fly me to the moon », chantait l’autre ! je veux bien, mais j’y suis déjà souvent, dans la lune, pas si lunatique que ça pour autant !
Et puis d’abord, t’es de quelle couleur, en vrai ? blue moon ??? la lune rousse, la lune noire, la lune trop blême…
Nat King Cole chantait « no moon at all »… Trénet ! Le soleil a rendez-vous avec la lune…
Bon, moi je m’éclipse, j’ai rendez-vous, ne vous dirai pas avec qui !

Vendredi Treize.

Vendredi très étonnant !
Entre 10 et 11, vieille ville de Genève, dans une salle de l’ancienne ERA,
Concert piano solo atypique pour un jeune public de « Migrants », vers quoi migrons-nous ? intimidant Bezondorfer pour des gens habitués à d’autres sonorités, mais captivés semble-t-il… pas un problème de migrer du blues à Nina Rota, Monk peut-être et tous les autres dont je suis modestement.
Une semaine après je me replonge dans Giono, Bach, Prokofiev… Faut se faire du bien !
Alors une toute petite recommandation : comme si dorien, se laver les yeux et les oreilles avec ça !

Le Journal des Bains des Paquis

https://www.bains-des-paquis.ch/fr/le-journal-des-bains/
Allez donc plonger dans ce bain, beaucoup de poésie, et accessoirement un joli article de Bertrand Theubey, « l’eau dans la nuit ». ça vous rafraîchira les idées, mais pas que!